Multibancarisation : Composer sa banque la moins chère

MultibancarisationPrès de 43% des Français sont clients de plusieurs banques différentes. En France, la multibancarisation est donc presque une tradition. Il faut dire qu’avoir plusieurs comptes courants peut-être très utile, surtout lorsque l’on dispose d’un compte dans une banque classique et dans une banque en ligne. Même si changer de banque est devenu très simple grâce aux lois sur la mobilité bancaire, les français ont souvent plusieurs comptes.

► Retrouvez notre comparateur de banque

Multibancarisation : des chiffres impressionnants

multibancarisation

La multibancarisation peut être le résultat de plusieurs situations. Premier exemple (chronologique), une grand-mère ouvre pour son petit-fils un compte épargne dans une banque différente de celle où les parents ont ouvert un premier compte bancaire. L’enfant devient donc multibancarisé sans le savoir ! Autre possibilité : suite à un crédit immobilier, une personne est obligée d’ouvrir un compte courant dans la banque prêteuse, mais souhaite conserver son premier compte bancaire.

C’est aussi souvent l’ouverture d’un compte joint qui est à l’origine de la multibancarisation. Lorsque l’on s’installe en couple, il faut faire face aux dépenses conjointes. Il est bien souvent nécessaire d’ouvrir un compte commun pour gérer plus facilement les dépenses du couple. Les banques en ligne l’ont bien compris et proposent des comptes joints gratuits pour attirer plus de nouveaux clients.

Toutefois, d’autres choisissent la multibancarisation pour profiter de ses avantages, et ouvrent un compte dans une autre banque afin de bénéficier d’une deuxième carte bancaire. Il peut aussi s’agir d’ouvrir un livret d’épargne, une assurance-vie ou encore un PEA, dont les taux seraient plus avantageux dans une autre banque que celle où le client détient son compte courant principal.

Si la multibancarisation est si développée en France, c’est aussi parce que nous autres Français avons aussi quelques réserves à l’idée de quitter notre banque historique. Plutôt que de fermer notre compte pour changer de banque, nous préférons profiter des avantages des deux côtés.

Près de 43% des Français sont multibancarisés, comme l’explique cette étude. Cela signifie qu’ils détiennent des produits bancaires dans plusieurs établissements : compte courant, assurance-vie, livret d’épargne… D’ailleurs, 20% d’entre eux détiennent même des produits dans trois banques différentes. En général, la multibancarisation concerne davantage les CSP+ que les autres classes sociales. 68% de ceux qui ont plusieurs comptes sont âgés de plus de 45 ans, 67% sont propriétaires d’un bien immobilier et 30% ont un crédit immobilier en cours.

Banque en ligne et banque classique : le combo gagnant

ING Direct, être multibancariséUne configuration apparaît comme particulièrement avantageuse pour le client : posséder un compte bancaire à la fois dans une banque traditionnelle et dans une banque en ligne. Tout d’abord, cela permet de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier, mais aussi de bénéficier des avantages des deux établissements. 

D’un côté, la banque traditionnelle permet d’avoir un conseiller bancaire et un accès à des agences physiques. Il est possible d’y déposer un chèque, des espèces, de retirer son chéquier…

De l’autre, la banque en ligne (généralement gratuite) permet d’obtenir sans frais une seconde carte bancaire. Le client profite également de plus d’autonomie et d’une plus grande souplesse dans la gestion de ses comptes (conseillers disponibles jusqu’à 20h ou 21h). Il a aussi accès à toutes les dernières technologies : paiement sans contact, carte bancaire gratuite, désactivation à distance de la carte en cas de perte…

Si la multibancarisation est alors si profitable, c’est qu’il est possible d’ouvrir un compte en ligne gratuitement. Cela n’occasionne donc pas de frais supplémentaires, comme ce serait le cas si l’on ouvrait deux comptes bancaires dans deux banques classiques. Voici, ci-dessous, un tableau récapitulant les différentes banques en ligne existantes. Ne reste plus qu’à trouver parmi elles la banque la plus avantageuse.

 Boursorama BanqueFortuneoHello bankING DirectBforBankMonabanq
Conditions de revenus1 000€ 1 200€1 000€1 200€1 600€Sans conditions
Cotisation carte bancaireVisa Classic
Gratuite
MasterCard
Gratuite
Visa Classic
Gratuite
Gold MasterCard
Gratuite
Gold MasterCard
Gratuite
Visa Classic
24€/an
Frais de tenue de compteGratuitsGratuitsGratuitsGratuitsGratuitsGratuits
Voir
l'offre
Voir l'offreVoir l'offreVoir l'offreVoir l'offreVoir l'offre

Les autres solutions

Toutefois, ce combo n’est pas la seule solution de multibancarisation. Il est aussi possible :

  • D’avoir deux comptes dans deux banques classiques : attention à l’accumulation des frais !
  • D’avoir deux comptes dans deux banques en ligne : certaines, comme Hello bank, proposent également de réaliser des opérations en agence, à l’instar des banques traditionnelles, mais pas de rencontrer un conseiller.
  • Posséder un compte dans une banque en ligne ou une banque classique, et un autre dans un compte sans découvert (C-zam, Anytime). Ces derniers, accessibles sans conditions de revenus, permettent d’obtenir une carte bancaire et un RIB, mais pas de chéquier. Il est impossible d’être à découvert, ce qui évite les éventuels incidents de paiement.

Ainsi, l’objectif de la multibancarisation varie selon le client.

Les avantages de la multibancarisationMultibancarisation

La multibancarisation n’est pas avare en avantages. En voici quelques uns :

  • Profiter des avantages de plusieurs banques : épargne alléchante, gratuité des services…
  • Obtenir une seconde carte bancaire
  • Mieux gérer ses finances, en dédiant un compte à certaines activités (dépenses quotidiennes, investissements, compte joint…)
  • Diversifier ses placements
  • Ne pas avoir tous ses œufs dans le même panier

Les inconvénients de la multibancarisation

La multibancarisation ne va cependant pas sans quelques inconvénients.

Tout d’abord, être multibancarisé peut rendre plus difficile la gestion de ses comptes. Il faut absolument maîtriser ses dépenses : sur quel compte ce chèque sera débité ? Suis-je certain d’y avoir un solde suffisant ? Où mon loyer sera-t-il prélevé ? Dans le cas contraire, un incident de paiement est vite arrivé. Or, agios, frais de rejet de prélèvements, de chèques… peuvent engendrer des frais importants (voir aussi : trouver une banque sans agios). Il faut donc être très vigilent, et pourquoi pas mettre en place des alertes SMS. Elles permettront de prévenir le client en cas de dépassement.

Note : un chèque sans provision peut entraîner le fichage bancaire.

Autre point négatif de la multibancarisation : l’accumulation des frais. Ils seront moindres (voire inexistants) en cas d’ouverture de compte dans une banque en ligne, mais pas dans une autre banque classique. Frais de tenue de compte et cotisation de carte bancaire s’additionneront.

Il faut aussi faire attention à ne pas laisser un compte de côté, et l’oublier. De nombreuses banques facturent des frais de compte inactif

C’est pour cela que nous conseillons d’avoir deux comptes bancaires, mais pas davantage. Trois comptes courants seraient beaucoup plus délicats à gérer.

Apprendre à gérer plusieurs comptes

Pour éviter les incidents de paiement à cause de la multibancarisation, voici quelques conseilsavantages multibancarisation pour bien gérer son compte bancaire :

  • Programmer un virement permanent d’un compte à l’autre (notamment du compte recevant le salaire au second) afin que les deux soient approvisionnés.
  • Décider préalablement quel compte est utilisé pour quels prélèvements (électricité ? internet ? loyer ?) et celui qui sert aux dépenses quotidiennes
  • Consulter régulièrement le solde de son compte
  • Ne pas utiliser le chéquier lié au compte peu alimenté
  • Mettre en place des alertes SMS pour être prévenu en cas d’incident de paiement

En suivant ces quelques conseils, la multibancarisation ne devrait pas poser problème.


Rédigé par Claire

On vous donne la parole, participez au Forum Capitaine Banque !