Revolut réalise une levée de fonds record de 500 millions de dollars

revolutLa course à la levée de fonds continue parmi les néobanques. Cette fois, c’est la néobanque britannique Revolut qui parvient à réaliser une levée de fonds record en Europe : 500 millions de dollars. Cela devrait lui permettre de développer de nouvelles offres avec pour objectif d’atteindre la rentabilité. 

► Découvrir l’offre de Revolut

Les néobanques comme Revolut comptent sur les levées de fonds XXL pour parvenir à continuer leur expansion et à se développer. Tour à tour, elles ne cessent de réaliser des levées de fonds de plus en plus impressionnantes. Ce mardi 25 février, la néobanque Revolut est ainsi parvenue à effectuer la plus importante levée de fonds pour une fintech européenne, d’un montant de 500 millions de dollars. 

Parmi les investisseurs, on trouve le fonds californien Technology Crossover Ventures, Lakestar, DST Global, Ribbit Capital ou encore Sprints. Le montant total levé depuis la création de Revolut, en 2015, grimpe ainsi à 836 millions de dollars. La néobanque est désormais valorisée à 5,5 milliards de dollars. 

>> Retrouvez notre avis sur Revolut

La rentabilité pour 2020

Les objectifs de Revolut sont ambitieux. « En 2020, nous voulons doubler notre base clients pour en compter 20 millions, dont 10 millions d’actifs », s’est exprimé Nikolay Storonsky, le directeur général.

Pour cela, et grâce à la levée de fonds, Revolut compte développer de nouveaux services : crédit pour les particuliers et les entreprises, solutions de gestion de patrimoine, mais aussi une offre « junior », accessible à partir de sept ans, pour initier les plus jeunes à la gestion d’argent. Pour l’heure, Revolut se concentre surtout sur des comptes bancaires pour particuliers et pour auto-entrepreneurs (Revolut Business).

Ces services devraient permettre à Revolut d’atteindre la rentabilité cette année. C’est du moins ce qu’affirme encore Nikolay Storonsky : »Aujourd’hui, nous sommes rentables sur chaque utilisateur et notre objectif est d’atteindre la rentabilité globale d’ici la fin de l’année ».


Rédigé par Claire

On vous donne la parole, participez au Forum Capitaine Banque !