Trois banques veulent fusionner leur réseau de distributeurs

distributeur billetsAprès les agences, c’est au tour des distributeurs de billets d’entrer dans les réflexions d’avenir des banques. Comment réduire les coûts pour continuer à entretenir leurs réseaux ? Trois banques (BNP Paribas, Société Générale, Crédit Mutuel), envisagent de fusionner et de mettre en commun leurs distributeurs.

► Comparateur de banques : notre classement

Des distributeurs coûteux

La gestion des distributeurs de billets coûte cher : des frais qui représentent entre 25 000 et 32 000€ par an, entre maintenance, entretien et approvisionnement. Les banques font beaucoup moins de bénéfices avec le cash qu’avec les paiements par carte.

Mais si les distributeurs coûtent cher, c’est aussi à cause de la baisse des retraits. Les Français utilisent de moins en moins le liquide au profit de leur carte bancaire. Le phénomène est d’ailleurs plus présent en France qu’ailleurs en Europe : seules 59% des transactions sont aujourd’hui réalisées en liquide. L’essor du paiement sans contact, très apprécié, n’est pas étranger à ces évolutions.

C’est donc afin de réduire les coûts que les trois banques envisagent de mettre en commun leur réseau de distributeurs.

Eviter les déserts bancaires

Une solution pour les banques serait de supprimer des distributeurs chacun de son côté. Mais cela entraînerait très certainement des déserts bancaires, et les banques veulent éviter de mécontenter les élus locaux. À la place, elles ont donc songé à une alternative.

La mutualisation des réseaux permettrait de s’assurer qu’il n’y a pas de désert bancaire, et au contraire de supprimer des distributeurs là où il y en a déjà beaucoup. À elles trois, la BNP Paribas, la Société Générale et le Crédit Mutuel possèdent environ 15 000 distributeurs, sur 48 000 présents dans l’hexagone.

L’objectif est que les clients de ces banques pourraient aller dans n’importe quel distributeur leur appartenant pour retirer de l’argent, déposer un chèque ou des espèces.

Pas avant 2023

Rien n’est encore décidé. Il faut d’abord évaluer la « faisabilité informatique » du projet et discuter avec les élus du personnel ainsi que les élus locaux. Une première étude devrait être réalisée d’ici fin 2021 mais, a priori, aucun distributeur commun ne devrait apparaître avant 2023.

>> Trouver la meilleure banque


Rédigé par Claire

On vous donne la parole, participez au Forum Capitaine Banque !