270 suppressions de postes dans les centres d’appels LCL

lclLCL a l’intention de fermer cinq de ses neuf centres d’appels, entraînant ainsi une suppression de 270 postes. La banque promet toutefois qu’il n’y aura pas de départ contraint, uniquement du reclassement dans des agences de la région du centre d’appels.

► En savoir plus sur LCL

D’ici 2020, cinq des centres d’appels de LCL devraient avoir fermé : Bordeaux, Dijon, Nantes, Noisy-le-Grand et Toulouse. Il ne restera plus que les centres d’appels de Paris, Lyon, Marseille et Lille. En tout, cela représente 270 suppressions de postes, mais LCL promet qu’il n’y aura aucun départ contraint. Les employés concernés pourront par exemple se voir proposer un reclassement dans une des agences de réseau de leur région.

Les quatre centres d’appels restants représentent 460 salariés et devraient, eux, recruter 170 personnes supplémentaires.

« Notre incompréhension tient au fait qu’à l’heure de la banque digitale, cette réorganisation risque de mettre la pression sur les personnels en agence », s’est exprimé Xavier Prevost, délégué syndical national pour le SNB chez LCL.

>> Retrouvez notre avis LCL

Recentrer l’expertise du service client

Ces suppressions de postes ont plusieurs objectifs : le premier, bien sûr, est de réaliser des économies de fonctionnement. Mais LCL vise surtout à recentrer l’expertise de ses centres d’appels, qui n’étaient, à ses yeux, pas assez spécialisés jusqu’ici.

Ainsi, chacun des quatre centres restants aura désormais une spécialisation : crédit à la consommation, crédit immobilier, prévoyance et conquête de nouveaux clients. De plus, ces équipes ne viendront plus en soutien des conseillers en agence, ce qui arrivait parfois.

Actuellement, LCL propose deux modes de relation à ses nouveaux clients : en agence, avec un conseiller bancaire, ou à distance, avec l’offre e.LCL, qui permet simplement de contacter un conseiller par mail ou téléphone. Pour en savoir plus, retrouvez tous les tarifs LCL.

En mars 2019, LCL avait déjà prévenu qu’elle fermerait également une centaine d’agences d’ici 2021.


Rédigé par Claire

On vous donne la parole, participez au Forum Capitaine Banque !